Un Noël de Folie

Il faudra bien un jour, que ce soit dans une revue que j'aurais eu la pugnacité de monter ou au sein d'une publication confrère qui, hardiment, me le commandera, que je m'épanche sur l'enclin crismeussique de Chris Columbus qui, de Gremlins à ce présent Christmas with the Kranks en passant pas Home Alone ou La Course au Jouet, aura presque toujours (même dans ses Harry Patate !), placer la fête carillonnante (et les rapports à celle-ci) au coeur de ses dispositifs.
Mais si …with the Kranks offre une volonté tout programmatique, théorise le rapport du réalisateur-scénariste-producteur avec le gars Santa, et se concentre exclusivement sur le climat noëlique (riche de promesses pro- ou anti-), force est de constater qu'il ne s'avèrera pas la plus intéressante des contributions de son auteur. Ne dépassant jamais son idée initiale (grisante) autrement que par une mécanique du chaos essoufflée (et qui lorgne sans cesse, mais sans la saine radicalité vulgaire, vers Le Sapin a les Boules de Chevy Chase !), puis un retour moral qu'on craignait tous de voir arriver, le film écrit et produit par l'ex-wonder boy, est un joli pétard mouillé, plombé (logiquement) par l'épouvantable Tim Allen* et à peine redressé par le toujours génial Dan Aykroyd (qui n'a ici rien à défendre) et les efforts masochistes de Jamie Lee Curtis (qui retrouve donc Dan 20 ans après l'indispensable Fauteuil pour Deux !), qui va jusqu'à impliquer courageusement son corps vieillissant dans une nudité finalement plus émouvante que drôle. Hélas, le courage de l'actrice n'est pas celui du scénariste et du réalisateur… et on restera bien loin, au cours de ses longues minutes régulièrement laborieuses, de la hargne dont Columbus fit preuve dans ses jeunes années, lorsqu'il démontait Noël brique par brique pour Joe Dante !

* ce type n'est décidément supportable que dans Galaxy Quest
et en doubleur de Buzz l'Eclair !

----------

Christmas with the Kranks, 2004 - Joe Roth, canonné par Manchec.

Aucun commentaire: